La sculpture de François Gillen jadis placée devant l’entrée de l’école primaire d’Echternach, enlevée au moment de la construction de la nouvelle aile inaugurée en 1998, vient de trouver un nouvel emplacement à l’entrée du centre récréatif d’Echternach. L’inauguration a eu lieu le vendredi 25 septembre 2020 à 17 heures. Le bourgmestre Yves Wengler entouré de ses échevins et de quelques conseillers communaux a brièvement évoqué les démarches qui se sont soldées par la réhabilitation de la sculpture à laquelle je ne suis pas tout à fait étranger (voir les références).

J’ai été invité à faire un bref exposé sur la vie et l’œuvre de François (Franz Johann Baptist) Gillen, né le 10 juin 1914 à Echternach, « Haalergaass », maison numéro 55, fils du peintre en bâtiment Henri Gillen.

Articles de la presse de l’époque à l’appui, j’ai retracé les débuts de la carrière luxembourgeoise de l’artiste dont on peut suivre les étapes à Echternach : vitraux du Dënzelt, de la basilique, de l’église paroissiale et de la chapelle de l’hospice civil, mosaïque de la morgue du cimetière municipal, sculpture en métal au bord du « lac » et finalement la sculpture qui vient d’être inaugurée.

François Gillen passait la fin de sa vie dans le CIPA « Belle-Vue » à Echternach. Il est décédé le 3 novembre 1997 à la clinique Sainte-Zithe à Luxembourg, et non pas à Echternach, comme on peut le lire dans la littérature (Bour 2000, Hausemer 2006, Eischen 2008). La même erreur se trouvait sur le site luxembourgeois de Wikipédia ; je l’y ai redressée.

Références

Bour, Roger, 2000. Portraits: Wer ist wer in Luxemburg? Impr. Saint-Paul, Luxembourg, 317 p. [Gillen François: p. 81].

Hausemer, Georges, 2006. Luxemburger Lexikon. Das Großherzogtum von A-Z. Luxembourg, Éditions Binsfeld, 479 p. [Gillen François: p. 142].

Eischen, Linda, 2008. François Gillen. Ons Stad 89: 77-79 (La Collection Luxembourgeoise du musée national d’histoire et d’art).

Wikipedia, 2020. François Gillen.

Massard, J.A., 2020. Echternach : La réhabilitation d’une sculpture de François Gillen. Documents.

PS: Une version “texte” de mon exposé sera publiée dans le prochain numéro du “Gemäneblat”.